IMSI: Intracytoplasmic morphologically selected sperm injection

IMSI – Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes morphologiquement sélectionnés

L’IMSI est susceptible d’améliorer les possibilités de fécundation in vitro et on peut y recourir si l’on a réalisé sans succès plusieurs FIV.
Sélection
On procède à une sélection préalable des spermatozoïdes grâce à un microscope 15 fois plus puissant que les appareils habituels.

Habituellement, on utilise ceux de grossissement X400.

Tri
Avec ce microscope, on peut observer la morphologie interne des spermatozoïdes et écarter ceux qui présentent des anomalies.

Selon l’OMS, un spermatozoïde à la maturation idéale doit avoir une tête ovalaire, d’une longueur de 4 à 5 microns et d’une largeur de 2,5 à 3,5 microns.

Tête
Noyau
Acrosome
Mitochondries
Cou
Queue
Par micro-injection intra-cytoplasmique, on introduit un spermatozoïde dans chaque ovule.

Ceux qui ne présentent pas d’altérations sont susceptibles d’augmenter les chances de succès lors de l’implantation de l’embryon.

Transfert
On sélectionne entre 1 et 3 spermatozoïdes, puis on les introduit dans un fin cathéter, que le gynécologue conduit jusqu’au fond de l’utérus.

Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes morphologiquement sélectionnés (IMSI)
A

Sélection. On procède à une sélection préalable des spermatozoïdes grâce à un microscope 15 fois plus puissant que les appareils habituels. Habituellement, on utilise ceux de grossissement X400

B

Tri. Avec ce microscope, on peut observer la morphologie interne des spermatozoïdes et écarter ceux qui présentent des anomalies. Selon l'OMS, un spermatozoïde à la maturation idéale doit avoir une tête ovalaire, d'une longueur de 4 à 5 microns et d'une largeur de 2,5 à 3,5 microns
Tri. Avec ce microscope, on peut observer la morphologie interne des spermatozoïdes et écarter ceux qui présentent des anomalies. Selon l'OMS, un spermatozoïde à la maturation idéale doit avoir une tête ovalaire, d'une longueur de 4 à 5 microns et d'une largeur de 2,5 à 3,5 microns
C

Par micro-injection intra-cytoplasmique, on introduit un spermatozoïde dans chaque ovule. Ceux qui ne présentent pas d'altérations sont susceptibles d'augmenter les chances de succès lors de l'implantation de l'embryon
Par micro-injection intra-cytoplasmique, on introduit un spermatozoïde dans chaque ovule. Ceux qui ne présentent pas d'altérations sont susceptibles d'augmenter les chances de succès lors de l'implantation de l'embryon
Par micro-injection intra-cytoplasmique, on introduit un spermatozoïde dans chaque ovule. Ceux qui ne présentent pas d'altérations sont susceptibles d'augmenter les chances de succès lors de l'implantation de l'embryon
Par micro-injection intra-cytoplasmique, on introduit un spermatozoïde dans chaque ovule. Ceux qui ne présentent pas d'altérations sont susceptibles d'augmenter les chances de succès lors de l'implantation de l'embryon
D

Transfert. On sélectionne entre 1 et 3 spermatozoïdes, puis on les introduit dans un fin cathéter, que le gynécologue conduit jusqu'au fond de l'utérus

Une nouvelle technique dans le domaine de la Fécondation in Vitro (FIV) vient d’être mise au point qui complète la micro-injection spermatique (ICSI). Il s’agit de l’IMSI : Injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes morphologiquement sélectionnés.

L’IMSI consiste à réaliser, en temps réel, une sélection préalable des spermatozoïdes à micro-injecter, par le biais d’un microscope inverti permettant plus de grossissements (environ 6 000) que ceux utilisés habituellement dans un laboratoire de procréation (400 grossissements) pour faire l’ICSI.

Ce grossissement permet de visualiser la morphologie interne des spermatozoïdes -invisible avec les microscopes invertis conventionnels- et par conséquent, cela permettrait de ne pas sélectionner les spermatozoïdes présentant des anomalies à ce niveau et qui pourraient compromettre la réussite du traitement.

Cette technique a été testée sur des hommes affectés d’anomalies spermatiques sévères ainsi que dans des cas de fausse couche à répétition et d’échecs répétés de FIV. Cette technique est, pour le moment, davantage une technique d’étude qu’une technique applicable à tous les cas puisque ni son utilité ni ses indications correctes ne sont encore totalement établies, même si les données publiées jusqu’à présent révèlent un futur prometteur.

La clinique EUGIN dispose de cette nouvelle technique et bien qu’elle ne l’utilise pas de façon systématique dans tous les cycles de fécondation in vitro avec ICSI, elle est utilisée dans des cas spécifiques après discussion pertinente entre les patients et l’équipe médicale du Centre.

Découvrez maintenant comment nous pouvons vous aider