75% des femmes ne savent pas que leur fertilité décline

«Si les femmes commencent à vouloir un enfant à 40 ans, 36% d’entre elles n’en auront pas»

Valérie Vernaeve

Mère de deux filles et âgée de 43 ans, Valérie Vernaeve dirige actuellement la clinique EUGIN. Sa passion est d’aider les femmes à avoir un enfant et de leur offrir la possibilité d’être mère grâce aux techniques de procréation médicale assistée. C’est un domaine qu’elle reconnaît être très stimulant et évolutif. Nous allons essayer, avec Valérie, de répondre à quelques doutes sérieux qui surgissent très souvent.

Est-ce difficile de pouvoir être enceinte ?

Ce n’est pas facile. L’être humain est complexe. Pour une jeune femme, la probabilité mensuelle de pouvoir être enceinte est de 15% mais de 5% pour les plus de 40 ans. Si les femmes cherchent à avoir un enfant à 40 ans, 36 % d’entre elles n’en auront pas.

Pourquoi les femmes ont-elles des difficultés lorsqu’elles décident qu’elles veulent avoir un enfant ?

Plusieurs facteurs entrent en jeu… Il peut y avoir des problèmes d’ovulation, de trompes, voire même des ovules de mauvaise qualité, entre autres facteurs plus minoritaires.

Mauvaise qualité des ovules ?

Oui, et l’âge a une forte influence dans ce cas-là. Les ovules eux aussi vieillissent. Au fil du temps, il y a plus d’anomalies dans les ovules. Pour nous faire une idée, avec les moins de 35 ans, il y a 56 % d’embryons anormaux, mais dès 41 ans il y en a  plus de 79%.

C’est une lutte épuisante contre le temps pour nous les femmes…

Oui, il y a deux facteurs qui affectent notre fertilité : la quantité d’ovules et leur qualité.

La quantité aussi ?

Oui, la quantité d’ovules diminue également avec l’âge. Le nombre d’ovules est défini dès la naissance. Toutes les femmes ont une réserve ovarienne déterminée qui est généralement d’entre un et deux millions. Au début de la puberté, il nous reste 400.000 ovules et à 35 ans il ne nous reste plus que 10% de ces ovules et ils sont de moins bonne qualité qu’à l’adolescence.

En général, sommes-nous bien informées sur notre fertilité ?

C’est curieux mais il y a une étude faite récemment qui assure que 75% des femmes ne savent pas que leur fertilité décline.

Que diriez-vous à une femme ayant un problème de ce genre et qui n’en a parlé à personne ?

Qu’elle consulte le plus vite possible un spécialiste et qu’elle ne perde plus de temps. Comme nous l’avons vu, le temps est primordial dans ces cas-là. Je lui dirais qu’elle se tranquillise, que d’autres ont ces problèmes et qu’il y a de nombreux cas comme le sien. Et le plus important : qu’elle peut y arriver car il y a des solutions.

Au cours de votre expérience professionnelle, quel est le cas qui vous a le plus marquée ?

Peut-être celui d’une jeune femme qui avait très peu d’ovules et qui ne voulait pas de la technique basée sur les ovules donnés. Finalement et grâce à un traitement, nous avons pu obtenir qu’elle récupère son propre ovule et elle a pu être  enceinte à la troisième tentative.

 

2013-05-21T12:39:54+00:0021 mai 2013|A propos de la reproduction assistée|
Prendre rendez-vous

Résolvez tous vos doutes con nuestros especialistas en reproducción asistida

POSEZ LA QUESTION À L’EXPERT

Lors de votre première visite et jusqu’au 31 juillet

ÉVALUATION DE FERTILITÉ 360º GRATUITE