Les ovules vitrifiés pendant de longues périodes conservent leur qualité

Publié: 20 septembre 2022|Actualisé: 20 septembre 2022|A propos de la reproduction assistée.|
  • L’étude n’identifie aucune différence dans les taux de survie et de fécondation des ovocytes vitrifiés conservés pendant 4 à 8 ans par rapport à ceux conservés pendant des périodes plus courtes. Les taux de grossesse et de natalité sont également restés élevés.
  • Lors du déroulement de cette recherche, on a analysé plus de 5 000 cycles de fécondation in vitro chez des patients utilisant des ovules de donneuses pré-vitrifiés.
  • Grâce à la congélation des ovules ou à la vitrification ovocytaire, on peut conserver les ovules matures d’une femme pour les utiliser plus tard, avec les mêmes chances de grossesse qu’au moment du traitement.
  • Eugin a présenté un total de six nouvelles études à ESHRE 2022, dont certaines approfondissent notre compréhension des ovules et de leurs processus dans le but de continuer à faire des progrès dans l’amélioration de la qualité des ovocytes chez les femmes.

Les chercheurs d’Eugin, des centres de procréation assistée et de fertilité, ont confirmé que les ovocytes vitrifiés pendant de longues périodes, c’est-à-dire entre 4 et 8 ans, maintiennent leur qualité intacte. Pour ce faire, ils ont analysé plus de 5 000 cycles de fécondation in vitro chez des patients utilisant des ovules de donneuses préalablement vitrifiés.

D’après les conclusions, présentées lors du 38e congrès annuel de la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie (ESHRE, European Society of Human Reproduction and Embryology), qui se tient du 3 au 6 juillet à Milan, et après avoir pris en compte une analyse comprenant de nombreuses variables, aucune différence n’a été identifiée dans les taux de survie ou de fécondation des ovocytes conservés pendant 4 à 8 ans par rapport à ceux conservés pendant des périodes plus courtes. Les taux de grossesse et de natalité sont également restés élevés.

« Actuellement, la vitrification des ovocytes est la méthode la plus efficace pour congeler des ovocytes et préserver la fertilité. Cependant, comme il s’agit d’une technique relativement récente, qui a commencé à être fréquemment utilisée il y a environ 10 ans, l’effet de la conservation à long terme des ovocytes dans des banques d’azote n’était pas connu », a déclaré le Dr Marc Torra-Massana, biologiste chez Eugin et chercheur principal de l’étude.

Plus précisément, la méthode utilisée pour la vitrification des ovocytes est la congélation ultra-rapide, par laquelle les ovules sont plongés dans de l’azote liquide à -196 ºC. Grâce à cela, les cellules restent inchangées pendant une période indéterminée, jusqu’à ce qu’elles soient utilisées. Chez Eugin, les ovocytes sont conservés dans des conteneurs ultramodernes appelés « réservoirs d’azote liquide en phase vapeur ».

Vitrification des ovules pour préserver la fertilité

Lacongélation des ovules ou la vitrification des ovocytes est utilisée pour préserver la fertilité des femmes. Cette technique permet de conserver les ovules matures d’une femme pour une utilisation future avec les mêmes chances de grossesse qu’au moment du traitement. Par exemple, une femme pourrait vitrifier ses ovules à l’âge de 29 ans et les utiliser à l’âge de 40 ans, en préservant la probabilité de grossesse du moment de la vitrification.

La vitrification des ovocytes est utilisée pour des raisons médicales, c’est-à-dire chez les patients qui subissent des traitements de fertilité très agressifs, tels que des traitements oncologiques, ou des interventions chirurgicales gynécologiques ; elle est également utilisée pour des raisons sociales, c’est-à-dire si une femme décide de reporter la procréation pour des raisons personnelles.

Cette procédure est généralement réalisée pour les femmes jusqu’à 40 ans (bien qu’elle soit particulièrement recommandée pour les femmes de moins de 35 ans) qui souhaitent devenir mères à l’avenir, car le taux de réussite du traitement de congélation des ovules varie en fonction de l’âge de la femme au moment de la congélation des ovules. C’est la raison pour laquelle plus la fertilité est préservée jeune, plus le taux de réussite est élevé.

« Les résultats de cette étude, sur laquelle nous avons travaillé pendant 8 ans, entre 2013 et 2021, représentent une étape supplémentaire dans la connaissance de la vitrification appliquée à la cryoconservation des ovocytes. Ils nous permettent de conclure que cette technique est une bonne alternative pour les jeunes patientes qui ont besoin de préserver leurs ovules à long terme, tout en offrant de nouveaux scénarios dans les programmes de don d’ovules, des traitements dont la demande sociale est croissante », a déclaré le Dr Torra-Massana.

Découvertes pour améliorer la qualité des ovocytes

Eugin a présenté un total de six nouvelles études à ESHRE 2022, dont certaines approfondissent notre compréhension des ovules et de leurs traitements. L’objectif est de continuer à approfondir, d’un point de vue scientifique, les avancées en matière d’amélioration de la qualité des ovocytes des femmes afin de répondre aux demandes sociales découlant, entre autres, du retard de procréation.

En ce sens, l’une des études, dirigée par Sara Pietroforte, chercheuse chez Eugin, a approfondi le processus jusqu’ici peu étudié de l’ épissage, responsable de la régulation des gènes, révélant qu’il joue un rôle fondamental dans les étapes finales de la maturation des ovocytes, qui sont décisives pour obtenir des embryons de bonne qualité.

D’autre part, le Dr Filippo Zambelli, chercheur chez Eugin, a présenté une étude démontrant que les ovocytes des femmes en âge de procréer avancé ont un métabolisme réduit par rapport aux femmes plus jeunes, ce qui est associé à un taux de maturation plus faible, identifiant ainsi un éventuel facteur d’amélioration des ovocytes chez les femmes âgées.

Pratique clinique avec les embryons de mosaïque

D’autres recherches dévoilées par Eugin à ESHRE 2022, menées par la chercheuse Mina Popovic, créeront un nouveau précédent dans la manière dont les centres de reproduction assistée abordent la pratique clinique avec les embryons mosaïques. Jusqu’à présent, l’utilisation de ces embryons, qui présentent un mélange de cellules saines et altérées et ne peuvent donc pas être classés comme totalement adaptés ou inadaptés, relève principalement de la décision des cliniques et des patients. En raison du manque d’informations scientifiques sur ces embryons, seuls 10 % d’entre eux sont utilisés.

L’étude, qui a impliqué la collaboration de 18 centres de reproduction assistée et de huit laboratoires (PGT-A) dans cinq pays (Brésil, États-Unis, Espagne, Argentine et Belgique), a examiné un total de 36 395 analyses, concluant qu’il subsiste une grande divergence d’opinions entre les laboratoires en ce qui concerne le diagnostic des embryons de mosaïque, ce qui réduit les chances de réussite du traitement de reproduction assistée, puisque, par prévention et dans la majorité des cas, ils sont écartés.

À cet égard, on s’engage à continuer d’approfondir les recherches dans ce domaine, tout en recommandant que cette classification ne soit plus utilisée en pratique clinique. « Pour l’instant, des doutes subsistent quant à l’impact des techniques d’analyse, ainsi qu’à l’interprétation des résultats obtenus, lorsqu’on parle d’embryons de mosaïque. Du fait de la présence de nombreuses disparités entre les laboratoires d’analyse, l’application de ce diagnostic conduit souvent à l’incertitude et, telle qu’elle se présente actuellement, pourrait potentiellement compromettre les chances de réussite du traitement, en particulier chez les femmes ayant très peu d’embryons », a déclaré Mme Popovic.

DEMANDER RDV PAR VIDÉOCONFÉRENCE