Qu’est-ce qu’une faible réserve ovarienne et quelles en sont les causes ?

Publié: 8 août 2022|Actualisé: 12 août 2022|A propos de la reproduction assistée.|

On vous a peut-être dit que votre réserve ovarienne était faible, ce qui vous a peut-être alarmée.  « Une pierre de plus qui entrave le chemin de la grossesse désirée », avez-vous peut-être pensé. Mais ne paniquez pas. La faible réserve ovarienne est un problème très courant, car dans notre société, les femmes retardent de plus en plus le moment d’avoir des enfants pour diverses raisons. L’âge affecte la fertilité, mais cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas devenir mère. Nous expliquons ce qu’est une faible réserve ovarienne et comment y faire face.

Si la réserve ovarienne correspond au nombre d’ovules d’une femme à un moment donné, on dit que la réserve ovarienne est faible lorsque le nombre d’ovules d’une femme a diminué. Les femmes naissent avec un certain nombre d’ovocytes (les futurs ovules) et les perdent avec l’âge, surtout à partir de trente-cinq ans. Contrairement aux hommes, qui continuent à produire des spermatozoïdes, les femmes ne peuvent pas produire plus d’ovules qu’elles n’en ont à la naissance. À un âge plus avancé, la réserve ovarienne est plus faible en quantité, mais aussi en qualité des ovocytes restants, bien qu’il existe d’autres causes de faible réserve ovarienne qui confirment qu’il ne s’agit pas d’une pathologie exclusive aux femmes à partir de cette tranche d’âge.

Au-delà de l’âge avancé, une faible réserve ovarienne peut également exister dans des cas tels que l’endométriose ou les infections chroniques, si vous avez subi des traitements de chimiothérapie, ou pour toute cause ayant pu endommager l’ovaire chimiquement (par exemple, par la pollution environnementale ou le tabagisme) ou mécaniquement (chirurgie ovarienne).

Comment puis-je savoir si j’ai une faible réserve ovarienne ? Quels sont les symptômes ?

Il est fréquent que les patientes découvrent qu’elles ont une faible réserve ovarienne lorsqu’elles rencontrent des problèmes pour tomber enceintes. En effet, aucun symptôme spécifique n’indique à une femme qu’elle peut avoir une faible réserve ovarienne.

Il existe des signes, comme les antécédents familiaux ou s’il existe un problème d’insuffisance ovarienne associé à un cycle menstruel irrégulier, mais en aucun cas ce ne sont des raisons décisives pour supposer qu’il s’agit de cette pathologie. C’est pourquoi deux tests simples et non invasifs sont nécessaires : le comptage des follicules ovariens et l’analyse de l’hormone antimüllérienne.

Pour le premier test, une échographie transvaginale – c’est-à-dire à travers le vagin – suffit pour visualiser les ovaires, idéalement entre le troisième et le cinquième jour du cycle menstruel. Grâce à cette analyse, nous pouvons compter le nombre de follicules – également appelés follicules antraux – dans chaque ovaire. Une réserve ovarienne faible correspond à un nombre de follicules égal ou inférieur à 4 follicules par ovaire ou 7 au total (en additionnant les deux ovaires).

Dans le deuxième test susmentionné, nous recherchons des niveaux modifiés de plusieurs hormones : l’hormone antimüllérienne (AMH), l’hormone folliculo-stimulante (FSH) et l’œstradiol. La FSH est l’hormone qui indique au cerveau (plus précisément à l’hypophyse) d’activer les ovaires et de préparer les follicules. L’AMH affecte le nombre et la croissance des follicules. Enfin, l’œstradiol a de multiples fonctions. C’est l’hormone sexuelle féminine par excellence et elle est responsable, entre autres, de la préparation de l’utérus à recevoir l’ovule fécondé.

Classiquement, les taux de FSH ont été utilisés pour évaluer la réserve ovarienne, car la FSH est généralement élevée au début du cycle menstruel dans ces cas-là, car le cerveau détecte que les ovocytes sont peu nombreux et demande donc à l’ovaire d’essayer d’en produire davantage. Toutefois, cette valeur n’est pas fiable en raison des variations physiologiques du taux de FSH tout au long du cycle menstruel.

Actuellement, la méthode la plus utilisée est l’analyse de l’hormone antimüllérienne, car il s’agit d’une substance qui est produite, en partie, par les follicules antraux de l’ovaire, et ses niveaux sont plus stables dans le temps et à n’importe quel moment du cycle. Ainsi, des niveaux plus élevés d’AMH sont associés à une bonne réserve ovarienne. Bien que l’âge doive être pris en compte, une AMH inférieure à 1-2 ng/ml est considérée comme suggestive d’une faible réserve ovarienne.

Puis-je être enceinte avec une faible réserve ovarienne ?

Il est logique de conclure que les chances d’avoir une grossesse naturelle en utilisant ses propres ovules, avec une faible réserve ovarienne, diminuent avec l’âge. Autrement dit, si vous avez une faible réserve ovarienne mais que vous avez moins de 35 ans, vous avez plus de chances de réussir que si vous avez la quarantaine, par exemple.

Si vous voulez devenir mère et que vous avez ce problème de fertilité, l’idéal est de discuter des causes possibles avec votre gynécologue ou un spécialiste de la procréation assistée et, en fonction de la raison et de la probabilité de grossesse due à l’âge, de chercher une alternative ou un traitement pour tomber enceinte avec une faible réserve ovarienne, car c’est possible. Vous déterminerez ensemble la meilleure option pour votre cas spécifique. Si, par exemple, la cause est un traitement de chimiothérapie, il est probable que, si vous n’avez pas conservé vos ovules avant le traitement, vous devrez recourir au don d’ovules, mais il existe d’autres options, dont nous allons parler ci-dessous.

Chances de grossesse en cas de faible réserve ovarienne

Il existe plusieurs possibilités pour obtenir une grossesse avec une faible réserve ovarienne :

  • Fécondation in vitro (FIV) : l’un des traitements les plus efficaces en matière de procréation assistée et aussi l’un des plus courants. Après une stimulation hormonale des ovaires, les ovules sont extraits et inséminés en laboratoire avec le sperme de votre partenaire ou celui d’un donneur, en fonction de chaque cas. De cette manière, des embryons sont obtenus et déposés dans l’utérus pour tenter d’obtenir une grossesse.
  • Don d’ovules : si la réserve ovarienne est pratiquement épuisée, ou si la future maman est d’un âge avancé, il est inutile de stimuler les ovaires car il reste peu d’ovocytes et ceux qui existent sont généralement de moins bonne qualité, ce qui rend difficile l’obtention d’une grossesse et augmente le risque de fausse couche. Grâce au don d’ovules, les chances de tomber enceinte augmentent car les ovules sont de grande qualité, puisqu’ils proviennent d’une femme jeune et en bonne santé qui a subi des contrôles médicaux et génétiques stricts.

Faible réserve ovarienne et FIV positive

En rapport avec ce qui précède, vous vous demandez peut-être si une faible réserve ovarienne peut diminuer le taux de grossesse dans la FIV. Pas nécessairement. Il existe des femmes à faible réserve qui répondent bien aux traitements de stimulation hormonale et obtiennent des ovocytes de grande qualité. Comme toujours, l’âge est un facteur à prendre en compte. Plus une femme est âgée, plus les ovocytes risquent d’être de mauvaise qualité et plus les problèmes augmentent, tant en termes d’altérations chromosomiques que d’échec de l’implantation dans l’utérus. Nous vous invitons à vous renseigner sur la probabilité de grossesse avec la fécondation in vitro que nous vous présentons sur notre site.

Puis-je augmenter ma réserve ovarienne ?

Il n’existe aucune preuve scientifique de l’existence d’une méthode permettant d’augmenter la réserve ovarienne. Il est recommandé d’agir le plus tôt possible pour essayer de le détecter à temps et ne pas perdre davantage de réserve ovarienne. Lors de votre prochain contrôle gynécologique, vous pouvez demander un contrôle de vos follicules ou, si vous préférez, demander un rendez-vous gratuit chez Eugin afin que nos professionnels puissent effectuer un diagnostic de votre fertilité.  Si vous souhaitez devenir mère dans le futur, il est également possible de congeler vos ovules afin de les utiliser lorsque vous vous sentirez plus prête pour la maternité. Par ailleurs, si vous adoptez des habitudes de vie saines, que vous suivez un régime alimentaire sain, que vous faites du sport et que vous évitez le tabac et l’alcool, vous donnerez un coup de pouce à vos ovaires.

DEMANDER RDV PAR VIDÉOCONFÉRENCE