Peut-on être mère après une ligature de trompes?

La décision d’avoir des enfants est tout aussi importante que celle de ne plus ou de ne pas en avoir et, dans ce dernier cas, l’intervention sur le corps de la femme a pour but d’être définitive, c’est pourquoi il est fondamental d’être pleinement consciente des avantages et des inconvénients au moment de prendre cette décision.

La ligature des trompes est une méthode contraceptive généralement irréversible, qui s’adresse à des femmes qui savent clairement qu’elles ne veulent plus être enceintes ou qui ont décidé de ne pas être mères.

Cependant, dans la vie, il peut arriver un moment où l’on souhaite expérimenter pour la première fois ou à nouveau la maternité. Chez Eugin, nous comprenons que même si cette décision de ligaturer les trompes est prise à un moment donné, il peut arriver un jour où l’on souhaite revenir sur cette décision. C’est pourquoi nous souhaitons vous aider à exaucer votre rêve d’être mère, quels que soient les obstacles auxquels vous devez faire face après une ligature des trompes.

Ce qui auparavant était considéré comme une méthode de stérilisation permanente, à présent, celle-ci peut être réversible grâce aux progrès médicaux et technologiques. Ceux-ci permettent à une femme de récupérer sa fertilité, que ce soit par le biais d’une chirurgie plus importante ou par un processus de fécondation in vitro.

Cette dernière option est la plus habituelle et conseillée pour les femmes qui ont subi une ligature des trompes et qui souhaitent être mères, car elles peuvent ainsi être enceintes sans devoir subir une intervention chirurgicale majeure.

Ci-dessous, nous verrons comment être mère après une ligature des trompes, ainsi que les inconvénients et les complications qui peuvent survenir durant le processus.

La ligature des trompes est une intervention chirurgicale, dont le but est d’obstruer les trompes de Fallope chez une femme.

Les trompes de Fallope sont deux conduits fins qui vont de l’utérus jusqu’à l’ovaire. Elles transportent les ovocytes produits dans l’ovaire durant le cycle menstruel jusqu’à la cavité utérine, et servent également de voie pour les spermatozoïdes afin qu’ils puissent féconder l’ovocyte. De plus, elles apportent les liquides nécessaires à la fécondation et à l’alimentation du zygote. Par conséquent, c’est l’endroit où la fécondation a lieu.

À priori, il s’agit d’une opération qui joue le rôle de contraceptif définitif, c’est-à-dire, qu’une femme qui se soumet à cette intervention chirurgicale ne pourra plus être enceinte naturellement et, par conséquent, cela signifie qu’elle deviendra « stérile ».

La ligature des trompes se fait par le biais d’une méthode, grâce à laquelle on obstrue les conduits des trompes, de sorte que l’on empêche la circulation des ovocytes et des spermatozoïdes. Cette intervention est pratiquée dans un hôpital ou une clinique, par le biais d’une incision au niveau de l’abdomen et plus précisément du nombril, et au départ de laquelle on accède aux trompes par le biais d’une laparoscopie. C’est alors que les conduits sont sectionnés et cautérisés ou bien que l’on place un clip afin d’obstruer le conduit.

Ce procédé dure environ 30 minutes et, en général, est pratiqué sous anesthésie générale ou bien sous anesthésie locale ou rachidienne. L’opération peut être réalisée après avoir eu un enfant par accouchement vaginal, grâce à une laparoscopie. Elle peut également être pratiquée durant une césarienne programmée afin de profiter de la même opération.

Il n’est pas surprenant qu’une femme à qui on a pratiqué une ligature des trompes désire, des années plus tard, une nouvelle grossesse. Il existe de nombreuses raisons (personnelles, familiales, de couple…) pour désirer un nouvel enfant, puisque les circonstances qui nous entourent varient avec le temps et une décision auparavant considérée comme définitive doit maintenant être revue.

La technique de la ligature des trompes consiste à empêcher par des moyens chirurgicaux le passage des spermatozoïdes vers la zone en forme d’ampoule de la trompe de Fallope et donc la fécondation de l’ovule, qui se produit de manière naturelle dans cette zone. On procède habituellement à la section d’un fragment de trompe et à une ligature avec suture résorbable, de sorte que les extrémités se séparent et l’efficacité contraconceptive de la procédure est augmentée.
Le problème se présente lorsque la femme désire récupérer leur fonction première.

Bien que la reperméabilisation soit techniquement possible, sa réalisation présente de multiples inconvénients, de l’ampleur de la zone extirpée à l’existence d’adhérences, entre autres facteurs. Même une technique chirurgicale impeccable ne garantit pas l’efficacité de la réparation, puisque celle-ci dépend de nombreux facteurs (on doit récupérer aussi bien la perméabilité que la motilité de la trompe). Néanmoins, il existe des cas dans lesquels cette technique est particulièrement recommandable, notamment chez des femmes très jeunes qui envisagent plusieurs grossesses dans le futur.

Pour toutes ces raisons, la fécondation in vitro est, actuellement, un choix fréquent pour les femmes ayant subi une ligature des trompes, puisqu’elle permet une grossesse à court terme sans qu’il soit nécessaire d’attendre le résultat d’une technique chirurgicale. Cependant, l’âge de la femme est un facteur décisif pour la réussite de cette technique, puisque les possibilités de grossesse diminuent avec l’âge. C’est pourquoi, une fois la décision prise, il est préférable de ne pas différer sa mise en route.

La ligature des trompes est généralement employée comme méthode contraceptive définitive et il est donc habituel que la femme ait eu des enfants auparavant (c’est-à-dire qu’elle était initialement fertile). Cette circonstance simplifie, logiquement, l’étude nécessaire.

  • Il est important de procéder à une analyse de sang, afin de vérifier qu’il n’existe aucune altération hormonale. Le test hormonal basal (FSH, LH, progestérone et Estradiol) permet de connaître la capacité des ovaires à produire des ovules.
  • Chez l’homme, on pratique un spermogramme. Il s’agit d’une analyse simple qui permet d’étudier la capacité fécondante du sperme.
  • Avec les résultats en main, on commence le processus pour le diagnostic et la recommandation du traitement qui convient le mieux.

Au cas où l’on confirme que la capacité des ovaires à produire des ovules est conservée et qu’il n’existe aucune pathologie de l’homme ni de l’endomètre, l’indication serait de pratiquer une fécondation in vitro, puisque, du fait que l’on ne dispose pas des trompes de Fallope on ne peut pas pratiquer une insémination artificielle. La fécondation in vitro peut être réalisée avec injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) ou sans elle.

Au cas où un polype endométrial ou un myome aurait été diagnostiqué, on peut programmer une hystéroscopie pour sa confirmation. L’hystéroscopie est une exploration de l’intérieur de la cavité utérine, réalisée généralement sans que l’anesthésie soit nécessaire. Elle permet d’arriver au diagnostique de certaines pathologies et même de réaliser leur traitement dans certaines occasions (on peut extirper des polypes ou des myomes, par exemple). Dans ce cas, la technique à réaliser est également la fécondation in vitro.

En conclusion, à l’heure actuelle, être mère après avoir subi une ligature des trompes est tout à fait possible, même si cela implique des complications et des inconvénients. C’est la raison pour laquelle, avant de s’y soumettre, il faut que vous soyez sûre de votre décision et que vous envisagiez toutes les éventualités.

Même si après avoir subi une ligature des trompes il existe encore un risque de grossesse pouvant atteindre 0,8%, c’est une méthode très efficace. C’est pourquoi il est très compliqué de la rendre réversible par le biais d’une opération chirurgicale. En premier lieu, le taux de grossesse après une réversion n’est pas très élevé étant donné qu’il est très compliqué de rétablir complètement la motilité correcte de la trompe. Par ailleurs, ce processus ne peut être envisagé que pour des femmes jeunes, de moins de 35 ans. De plus, en déligaturant les trompes, il y a davantage de possibilités de subir une grossesse extra-utérine.

Comme nous l’avons commenté précédemment, être mère après une ligature des trompes est plus viable grâce à une fécondation in vitro et, chez Eugin, nous sommes spécialistes dans ce domaine. N’hésitez pas à nous demander conseil. Nous vous aidons.

Vous avez un doute qui doit être immédiatement aplani ? Posez la question à nos experts.

Vous avez un doute qui doit être immédiatement aplani ?

Prenez rendez-vous avec notre équipe ou posez la question à nos experts.

Prendre rendez-vous
Poser la question à nos experts

Vous avez un doute qui doit être immédiatement aplani ?

Prenez rendez-vous avec notre équipe ou posez la question à nos experts.

Prendre rendez-vous
Poser la question à nos experts

Des questions connexes:

Eugin reste à vos côtés

VOTRE PREMIÈRE VISITE MÉDICALE DE CHEZ VOUS